memoires - Archive ouverte en Histoire etPhilosophie des Sciences et des Techniques Access content directly

 







DUMAS & TEL
are two repositories dedicated to research papers and Ph.D Thesis, and created by the technical unit CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe - UMS3668) .

 

 

 
DUMAS
Repository for students' Research Papers (Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance)
-> DUMAS

Last Research Paper submitted

L’objet de ce travail de recherches est de s’interroger sur l’influence de la religion protestante sur le développement des idées entre le XVIe et le XVIIIe siècle en Europe du Nord en étudiant notamment les relations entre le mouvement des Lumières et le christianisme. Dans un premier temps, ce travail s’intéressera à l’histoire du protestantisme, et essayera de montrer l’existence d’un lien entre la manière de penser des protestants et le rationalisme. Le catholicisme et la position de l’Église catholique vis-à-vis de l’effervescence intellectuelle et du progrès scientifique aura également une grande place dans cette étude. Bien que le progrès scientifique et culturel devînt de plus en plus gênant pour l’Église, il sera rappelé que certains catholiques jouèrent bel et bien un rôle dans le développement des idées de l’époque. Enfin, l’objectif sera de comprendre dans quelles mesures l’héritage des conflits religieux et les théories du XVIIIe siècle sur la religion et sur la tolérance religieuse menèrent à la déchristianisation puis à la laïcisation des pays européens.

Continuer la lecture Partager

Le mémoire considère un groupe de travail oeuvrant collectivement à la fabrication d'une pirogue : au-delà de l'activité technique et de la chaîne opératoire, il présente l'organisation du groupe (par encastrement du psychologique dans le social et le physique) ainsi qu'une vision d'ensemble des modes de production scientifiques. Le terrain a été réalisé en Guyane française, dans l'ethnie Djuka.

Continuer la lecture Partager

Après avoir été effrayé à l’idée de voyager par plaisir en raison de la connotation guerrière de cette dernière mais également d’une peur des reliefs naturels, une nouvelle perception renverse à la fin du XVIe siècle cette pensée. La conception utilitaire du voyage prend l'ascendant au cours du siècle suivant, avec la possibilité d'apprendre et de se forger une culture personnelle jugée essentielle aux nobles de cette époque. Cette conception évolue à nouveau grâce à l'influence des Lumières et de nombreuses découvertes scientifiques ou philosophiques du XVIIIe siècle. La pratique voyageuse est maintenant comprise comme un moyen de connaître la terre, de partager les savoirs pour une plus grande égalité. Dans ce contexte, les scientifiques sont devenues des acteurs centraux, notamment en se rendant directement sur les lieux à expertiser. Ainsi, en plus d'une large publication d'imprimés de relation de voyage fait par des nobles en mission diplomatique ou dans la réalisation de leurs Grands Tours, se développent en parallèle des mémoires scientifiques tirés de leurs voyages. Dans la même période, un nouvel acteur dans le chaînon de l'imprimerie vient bouleverser l'ordre établi au siècle précédent, les périodiques. C'est avec ce nouveau support que les savants-voyageurs ont diffusé non seulement des extraits de leurs mémoires mais également des lettres, des synthèses et des questionnements portants sur les avancées scientifiques. Dans ce microcosme où vivent savants et acteurs de l'impression, de nombreux d’échanges et interactions s’étiolent, tels que des demandes d'instructions spécifiques ou d'aide particulière pour récupérer divers échantillons provenant d'une région lointaine. Cet ensemble se représente également à travers le carnet, un outil essentiel à la sauvegarde des pensées du voyageur qui le suit en toutes circonstances au cours de ses trajets. C'est avec cette source que ce mémoire se propose de retracer la méthodologie d'un savant-voyageur au tournant du XVIIIe siècle en la personne du chevalier Déodat de Dolomieu. Au travers de ses carnets se dévoile les traces de sa pensée savante et des évolutions de cette dernière au cours de ses pérégrinations, permettant la reconstruction d'une méthodologie propre à ce dernier. De même, elle permet la sauvegarde des humeurs de son propriétaire au cours de ses trajets mettant en lumière sa perception de la pratique voyageuse. Enfin, ce même objet se révèle être l'outil le plus essentiel à la propre compréhension de sa conception aux yeux de son propriétaire, ainsi que de pouvoir distinguer si cela est réellement nécessaire les propriétés entre une relation de voyages pour son plaisir et celui d'une relation savante faite pour autrui.

Continuer la lecture Partager

Notre projet de mémoire, ci-dessous développé, est le suivant : comment étudier la notion d'émergence dans le cadre de la métaphysique anglo-saxonne contemporaine ? Pour répondre à cette question, notre réflexion partira du système ontologique particulier, à savoir le "carré ontologique", d'inspiration aristotélicienne et repris par un auteur contemporain, E.J. Lowe. Dans ce système, les catégories ontologique d'"objet", de "phénomène", de "propriété" et de "condition" sont analysées comme étant fondamentales, irréductibles et suffisantes pour décrire tout le contenu de la réalité. Nous nous sommes limités cette année à la présentation de ce système, espérant par la suite pouvoir le développer dans le sens d'un physicalisme non réductif. Notre thèse finale sera alors la suivante : il est possible que de nouvelles conditions émergent.

Continuer la lecture Partager

Nous proposons à travers ce travail de regarder la pensée philosophique comme étant essentiellement liée au phénomène d'ἀνάμνησις, c'est-à-dire au ressouvenir ou à l'anamnèse. Nous cherchons à repenser le propre du philosopher. Dans cette optique, philosopher signifie "se ressouvenir". Pourtant, l'anamnèse n'a pas affaire à la mémoire et aux souvenirs. Elle est expérience, à travers laquelle adviennent une vérité et un savoir. Notre point de départ se trouve dans une évidence de la pensée philosophique : la pensée a une histoire et s'enracine dans une tradition. Tout ce qu'on met devant la pensée, tout ce que la pensée prend comme tâche a un lien avec ce qui a été pensé auparavant ou fait référence à ce qui a été, qu'on l'admette ou non. Nous identifions, cachée sous la forme de cette évidence, une tendance de la pensée philosophique qui n'a pas été mise en question ou explicitée. Ainsi, philosopher c'est dans un certain sens se retourner vers le passé afin de le reprendre sous un jour nouveau. Ce point de départ trouve sa confirmation philosophique à travers une analyse "historique" : l'anamnèse chez Platon et Gadamer. C'est à travers cette façon de mettre à l'œuvre ce que l'évidence nous a dévoilé qu'on découvre que l'anamnèse décrit la recherche et la découverte de type philosophique. Pour Platon, l'άνάμνησις représente moins une actualisation d'un savoir tout fait, inné et latent, qu'une manière de reprendre quelque chose de "su" sous un jour nouveau. C'est donc ce mouvement "rétrospectif" qui rend possible le savoir et la vérité pour la pensée philosophique. Selon Gadamer, l'άνάμνησις platonicienne s'apparente à une re-connaissance. Ces deux analyses dévoilent une certaine "structure" que possède l'anamnèse, un certain mode d'être : elle se définit par le "re-". Il s'agit d'un re-vivre, re-connaître, re-conquérir, re-voir "à distance" la réalité. Ceci renvoie à l'idée de "voir" les choses "dans une autre lumière", ou faire une nouvelle expérience des choses qui apporterait un surcroit de connaissance. Le "re-" de l'anamnèse désigne le fait de re-faire une "expérience". L'anamnèse représente une expérience du philosopher. Philosopher et parvenir à un savoir signifie, dans ce sens, faire l'expérience de l'expérience.

Continuer la lecture Partager

Le débat sur la nature de la relation entre écologie et écologisme repose principalement sur des présupposés épistémologiques quant au statut de l'écologie et quant à la façon dont elle doit prendre en compte les activités humaines. L'écologie peut être considérée comme une partie de la biologie, comme une science naturelle interdisciplinaire, ou comme une science interdisciplinaire qui fait le pont entre sciences de la nature et sciences de l'homme. La prise en compte de la spécificité culturelle de l'homme dans son rapport aux écosystèmes et à la biosphère dépend donc du statut que l'on donne à l'écologie.

Continuer la lecture Partager

 

 
TEL
Repository for the archiving of Ph.D theses
(Thèses En Ligne)
-> TEL

Last Ph.D. submitted

Le problème de la démarcation entre science et non-science n'a à ce jour pas trouvé de solution générale pleinement satisfaisante. Les tentatives existantes n'ont notamment pas permis d'obtenir de critère(s) de démarcation offrant des conditions nécessaire(s) et suffisante(s) pour distinguer la science de la pseudoscience. La stratégie adoptée ici est de chercher à produire spécifiquement une définition fine de la pseudoscience, qui permette de la distinguer des formes inacceptables de science, et de la science au sens large. Deux traditions philosophiques sont réunies : une tradition classique qui se concentre sur la question de la démarcation, et une tradition plus récente qui examine le rôle et l'impact des valeurs dans les décisions scientifiques. Les forces et les limites des définitions de la pseudoscience de Hansson sont notamment analysées, et des perfectionnements successifs sont proposés. La définition la plus récente, par exemple, n'est pas entièrement adéquate dans la mesure où elle exclut des cas de pseudoscience et inclut certains cas qu'il convient de distinguer, en particulier des cas de fraude scientifique. Définir la pseudoscience requiert de surmonter trois obstacles : 1° trouver un moyen de définir la pseudoscience sans définition précise de la science - aujourd'hui manquante, et peut-être impossible à formuler (Laudan) ; 2° déterminer les conditions à remplir pour qu'une définition de la pseudoscience soit satisfaisante ; 3° choisir un definiendum primaire adéquat. En définitive, je soutiens que la notion de pseudoscientificité est directement liée à la façon dont les agents prennent des décisions et se comportent et seulement indirectement aux énoncés et aux disciplines. Je propose une nouvelle définition de la pseudoscience fondée sur cinq critères : (1) le critère de responsabilité, (2) le critère de la prétention scientifique, (3) le critère de la substitution des valeurs aux preuves, (4) le critère du comportement déviant, (5) le critère de résistance à la correction. Le premier critère vise à distinguer la pseudoscience des formes inacceptables de science. Sans le deuxième critère, la définition pourrait inclure la religion ou les croyances qui ne sont pas en conflit avec la science. Les trois autres critères visent à mieux comprendre le manque de fiabilité qui caractérise la pseudoscience et les formes inacceptables de science, en dépit de la diversité des domaines d'étude et de l'hétérogénéité de l'activité scientifique. Les deux derniers critères excluent les erreurs corrigées ou en voie de l'être, et les cas où les valeurs que détiennent les agents ne menacent pas l'objectivité de la recherche. La définition finale mobilise la distinction entre rôle direct et rôle indirect des valeurs dans les décisions scientifiques (Douglas). Cette distinction ne suffit probablement pas à résoudre la question plus générale des influences légitimes et illégitimes des valeurs en science. En revanche, considérer conjointement les rôles des valeurs, des preuves et des agents dans les pratiques et les décisions scientifiques, permet d'améliorer la définition de la pseudoscience, de mieux comprendre les formes inacceptables de science, et de distinguer différents types de pratiques déviantes. La nouvelle définition inclut les cas anormalement exclus dans la définition précédente et exclut les cas de fraude scientifique qui y étaient inclus. Dans son ensemble, la proposition permet de mieux comprendre comment la pseudoscience s'écarte de la science, tout en identifiant les raisons pour lesquelles certains cas sont obscurs, et les conditions dans lesquelles d'autres peuvent le rester. Plusieurs exemples sont mobilisés tout au long de l'étude, tels que le créationnisme, la divination, l'homéopathie. La science dite « nazie » et un traitement thérapeutique controversé sont également utilisés pour tester la proposition et exposer ses limites.

Continuer la lecture Partager

La politique urbaine a pour objet d‟agir sur la gestion des villes afin d‟améliorer le bien-être des résidants. En Angleterre, l‟Etat est intervenu dès le XVIIème siècle afin de soulager les mauvaises conditions de vie des plus pauvres en agissant sur l‟hygiène et le logement. Puis la ville s‟agrandissant, les désordres liés au surpeuplement se sont multipliés, spécialement dans les zones les plus dépourvues des centres-villes. C‟est à Londres que ceux-ci ont été les plus criants et les besoins de solutions les plus urgents. Ainsi, pour permettre une gestion plus efficace des délits urbains, la gouvernance de la capitale britannique a été réformée. C‟est ce à quoi se sont attelés les Travaillistes dès leur arrivée au pouvoir en 1997, et ils ont en même temps donné une nouvelle impulsion à la politique en direction des villes en favorisant les aspects sociaux, environnementaux de la rénovation urbaine, tout en comptant sur l‟investissement des communautés. Et l‟adoption de la politique dite de la Troisième Voie fut un pas essentiel en ce qu‟elle ne rejetait plus le secteur privé mais l‟acceptait, au contraire, comme partenaire privilégié. Islington, l‟un des boroughs les plus petits de Londres, a la particularité de jouxter une des zones les plus prospères du monde : la City de Londres. Cependant, il présente des caractéristiques sociales communes aux zones les plus pauvres du pays. Les programmes qui y ont été lancés ont pris en compte cette spécificité. L‟analyse de ces projets nous permet de passer en revue la politique de rénovation telle qu‟elle a été voulue par les Travaillistes de 1997 à 2010, d‟essayer d‟en tirer des bilans et de tenter de pointer les défis auxquels les villes vont être confrontées.

Continuer la lecture Partager

By superposing medical history and economic history of medical lab services, this thesis reveals economic dynamics to be integral to medical and scientific research, teaching, and practice. The emergence of medical lab analyses as medical and economic entities within a theoretical framework of knowledge-based economies is achieved with a case study of Strasbourg's medical school Institut d'Anatomie Pathologique laboratories. A long duree historical analysis of material circulation, collection, and practices in pathological anatomy is intersected with a micro-history of the laboratories in the interwar period. The description and contextualization of a diversification of laboratory activities when research and teaching activities were complemented with commercial laboratory services, notably for the diagnosis of cancer, are portrayed with supply and demand dynamics and following the creation of the Centres Anticancéreux in France. The market for clinical laboratory work does not wholly fit (classic) models of scientific, medical, or commercial entreprises; the laboratory at the Institut d’Anatomie Pathologique was between science and service, institutional settings between medical school and hospital, practices between knowledge production and commercialization, exchanges between academic moral economies and commerical economies, products between material and intellectual, income between honorariums and fees. This thesis engages with and promotes an economic history of medicine in which money was not (openly) visible.

Continuer la lecture Partager

La particularité de ce projet de recherche réside dans son rapport aux domaines de l’intériorité et de l’individualité qui ne peuvent être définis par des normes spécifiques. Les domaines scientifiques, en particulier la médecine, reconnaissent leurs propres limites concernant la compréhension de la maladie mentale, partant de ses attaches morales. Selon les philosophes et les moralistes, le regard médical s’impose compte tenu du facteur biologique et de l’interdépendance entre le corps et l’esprit. L’histoire de la psychopathologie se caractérise par la multiplicité des points de vue, notamment celui médico-philosophique, ce qui s’avère indispensable à l’approche de la maladie mentale. « Folie », « maladie de l’âme », « maladie mentale », « aliénation mentale », la variété des termes qui qualifient cette maladie spécifique, et l’hésitation sur l’emploi d’un terme plutôt qu’un autre dénote l’incompréhension et la difficulté que les penseurs anciens et modernes rencontrent pour définir la maladie mentale et cerner son fonctionnement. Étudiée selon des paradigmes différents, la maladie psychique rend compte d’une véritable crise épistémologique qui se manifeste dans l’entremêlement des registres et dans la différence dans l’ordre du savoir, ce qui a donné lieu durant des siècles à des débats stériles et à des conflits inutiles. De ce fait, la curabilité du malade mental- souci majeur et préoccupation principale- est passée désormais au second plan, l’idée prédominante qui s’est enracinée progressivement étant la non curabilité de la maladie psychique. Maladie ou bien perversion morale, maladie ou précarité individuelle, le flou sur sa nature et sur sa genèse a donné lieu à un va-et-vient entre la reconnaissance de la morbidité d’une part, et le jugement moral sur le malade psychique de l’autre. Il en résulte une méconnaissance du traitement à adopter, et un choix d’exclusion de ces êtres condamnés au retrait. Un phénomène qui ne cesse de s’amplifier, tant il est vrai que la maladie mentale constitue un véritable problème, chargé de nombreux enjeux sociaux, politiques, civiques et humanitaires, et dont les répercussions dépassent le cadre strictement individuel et menacent la paix collective et le vivre-ensemble.

Continuer la lecture Partager

La thèse étudie les relations entre science et politique, à partir de la production historiographique consacrée à l’histoire des passés dits totalitaires (nazi et communiste) en Pologne. Cette histoire du temps présent est étudiée depuis sa genèse, durant la période communiste (1945-1989), jusqu’à la période post-communiste, après 1989. Elle fait l’objet de luttes entre acteurs, savants et profanes, dont les prises de position antagonistes s’expliquent par les positions différenciées qu’ils occupent dans l’espace du débat historiographique. L’autonomie de cet espace est limitée par une contrainte politique externe, exercée par le pouvoir politique, mais aussi par les logiques, internes à cet espace, de réponse à la contrainte externe. La thèse invite à relativiser la pertinence, en matière de production historiographique, de la césure de 1989, et souligne les formes de continuité entre la République populaire de Pologne et la situation présente.

Continuer la lecture Partager

Notre thèse présente une approche sociale et environnementale de l'histoire des cyclones dans la société réunionnaise : il s'agit d'évaluer l'impact d'un événement destructeur, le cyclone, dans la mémoire collective et individuelle, dans l'évolution des sciences, des techniques, des alertes, de la gestion de la crise, de l'organisation des secours et de l'aménagement du territoire. Le cyclone peut donc être un objet d'Histoire à part entière. Parallèlement, notre recherche consiste à comprendre les conséquences des cyclones d'un point de vue géographique et humain. L'impact des cyclones est différent selon le lieu frappé et l'habitat ainsi que de leur évolution dans le temps. Par ailleurs, l'histoire des comportements humains apporte d'autres éléments à l'enquête avancée : la solidarité intègre cette région du monde dans un contexte national et international par l'aide sollicitée auprès de la métropole et d'autres pays. Les autorités et les services compétents entrent en compte pour l'administration de l'île et les choix à faire tant en terme de prévention, que d'information et de mobilisation. Parmi les cyclones marquants du XXème siècle, le cyclone des 26 et 27 janvier 1948 est communément appelé « le cyclone du siècle ». Cependant, le cyclone Jenny (28 février 1962), par ses apports, semble être le point de départ d'un demi-siècle de mutations. Et de fait, une césure dans l'histoire de la société réunionnaise. L'objectif final de notre recherche est de contribuer au progrès d'une prise de conscience collective des cyclones afin de mieux limiter les dégâts humains et matériels lors de leurs passages.

Continuer la lecture Partager

Originaires de Pavie, Antonio Guaineri (v.1390-1458) et son fils Théodore (1449-v.1509) connurent tous deux une riche carrière médicale. Physicien d’Amédée VIII de Savoie puis de Jean-Jacques de Montferrat pour le premier, au service des rois de France Charles VIII et Louis XII pour le second, ils incarnent l’émergence du médecin de cour. La lecture croisée de leur bibliothèque personnelle et de leurs propres œuvres permet de mettre en évidence la dimension pratique de leur médecine, qui fait dialoguer autorités scientifiques et expérience personnelle. En outre, l’étude des cas médicaux décrits dans leurs traités offre un regard nouveau sur la relation thérapeutique au XVe siècle. Enfin, loin de se limiter au seul médecin, leurs écrits accordent une place aux autres acteurs du soin – qu’ils soient reconnus dans l’exercice de leur art, ou que leurs pratiques se déploient en marge de la médecine institutionnelle.

Continuer la lecture Partager

Cette thèse explore les relations entre l’architecture, l’énergie et la matière. Elle analyse l’influence de la disponibilité des matières et des énergies sur les métamorphoses de l’architecture au cours des âges. Elle présente les fondements d’une architecture renouvelable et d’un urbanisme soutenable, capables de s’affranchir des énergies fossiles et des matières non renouvelables. À cette fin, ce travail crée un pont entre deux approches : d’un côté celle issue d’une culture technique, auscultant la durabilité par des métriques de soutenabilité, de l’autre, par des réponses fruits de l’art de concevoir, de la culture du projet, d’une approche humaine et qualitative des enjeux environnementaux. Ce mémoire comporte 29 chapitres répartis en trois parties, chacun d’une vingtaine de pages, rédigés de telle sorte à permettre une lecture autonome. La première partie « Une histoire en sept temps » consiste en une brève histoire de l’architecture, narrée selon sept séquences (du temps I au temps VII), dont le postulat est le suivant : la disponibilité et l’usage des énergies et des matières, leur caractère renouvelable ou non, sont les déterminants essentiels de l’art de bâtir et d’aménager. Selon cette dissection chronologique, en comparant les flux d’énergies et de matières, cette partie analyse sur un même plan plusieurs références à travers les âges. Plus tard, et depuis la Modernité, cette partie se positionne sur les impasses de théories ou de références considérées comme durables, qui porteraient tantôt - parfois excessivement - leur regard sur l’énergie (le temps V), ou au contraire sur la matière (le temps VI). Toujours selon ce référentiel énergie-matière, cette section ausculte des architectures singulières, les énergies renouvelables, ferments du temps VII, le terme de cette fresque. La deuxième partie « Éléments d’architectures renouvelables » propose des chapitres plus techniques, permettant d’aller plus loin sur les aspects quantitatifs du temps VII, ce nouveau paradigme de soutenabilité, intégrant également les contingences de l’urgence climatique. Pour cela, cette section fournit des outils pour dimensionner et proportionner un art de « concevoir renouvelable », à l’aune de quelques invariants terrestres. Cette partie interpelle les enjeux temporels et décrit la métrique des temps de retour écologiques ; elle propose quelques clés pour des aménagements soutenables, gouvernés d’abord par les densités de population. De façon plus personnelle, cette partie s’aventure dans le champ politique avec quelques propositions pour engager les transformations nécessaires : elles reflètent plus globalement les prises de position, parfois radicales de l’auteur, sur l’ensemble de ce document. Toutefois, sans pouvoir « donner forme » à ce temps VII, la troisième partie « Projets illustrés » décortique des expériences personnelles, réinterrogées selon les résultats des deux parties précédentes. Ce choix de projets, au cours de vingt années de pratique, illustre un large spectre d’expérimentations, de la petite jusqu’à la grande échelle, avec un regard rétrospectif volontiers critique. Avec quelques résultats nouveaux pour le temps VII, quelques chapitres proposent des développements théoriques afin de tester la dépendance des impacts énergie-matière à la dimension des artefacts analysés.

Continuer la lecture Partager

L’histoire du chauffage des bâtiments d’habitation est ici étudiée dès les foyers des origines, comme les inventions Romaines ainsi que les dispositifs de l’Europe archaïque. La cheminée centrale, puis adossée, leurs évolutions formelles sont présentées, comme l’émergence des poêles alémaniques et leurs transformations. On s’est attaché à étudier comment les traités d’architecture abordent les problèmes de chauffage (XVIe-XVIIIe siècles), puis les premiers traités de chauffage (XVIIe-XVIIIe siècles). On a détaillé les premières expériences de chauffage centralisé qui apparaissent au XVIIIe siècle et se développent au XIXe siècle tant sur les plans pratiques que théoriques. L’histoire de l’apparition du chauffage urbain, aux USA, en Europe et en France fait l’objet d’un traitement privilégié avec un développement du cas du réseau de Villeurbanne (l’un des deux premiers avec Paris). L’histoire du chauffage durant le XXe siècle, moins radicalement novatrice, est présentée plus sommairement, mais articulée avec la création architecturale de l’époque.

Continuer la lecture Partager

Cette thèse retrace l’histoire d’une tentative : utiliser le rayonnement solaire pour réduire la dépendance de l’architecture aux énergies fossiles. Depuis les tensions sur les ressources provoquées par la Seconde Guerre mondiale jusqu’au tournant nucléaire des années 1980, ce que ses contemporains ont parfois nommé l’« architecture solaire » a donné lieu à l’invention de dispositifs techniques, à la réalisation de bâtiments expérimentaux et à la formulation de savoirs théoriques. La thèse analyse en quoi ces travaux ont cherché à redéfinir les rapports entre architecture et environnement dans la France d’après-guerre, tout en examinant les circulations avec l’Afrique du Nord et de l’Ouest et l’Amérique du Nord. Elle développe une approche qui se situe à l’interface entre histoire de l’architecture, histoire des techniques et histoire environnementale, et se structure en deux parties. On montre d’abord comment l’architecture solaire a émergé comme un outil au service des politiques de colonisation et de développement, afin de fournir directement en énergie des établissements humains éloignés des infrastructures modernes dans le Sahara et le Sahel, tout en s’adaptant au climat du désert. Des figures qui ont joué un rôle central dans cette émergence, comme le scientifique Félix Trombe et les architectes Georges et Jeanne-Marie Alexandroff, ont ensuite poursuivi leur trajectoire en métropole. Dans un second temps, on analyse comment les recherches sur le solaire se sont déplacées et amplifiées pour constituer la principale tentative d’intégration des préoccupations écologistes à l’architecture, dans le contexte de la crise pétrolière des années 1970. Des controverses sur les choix technologiques et la recherche de traditions esthétiques ont animé cette discussion, avant que les travaux sur le solaire ne connaissent un déclin brutal au milieu des années 1980. En conclusion, on considère l’héritage de l’architecture solaire en la replaçant dans un cadre élargi. Cet épisode nous conduit à nous interroger sur les origines coloniales des tentatives d’adaptation au climat par l’architecture, sur leur occultation et leur reconnaissance. L’architecture solaire est également caractérisée comme une alternative, une trajectoire finalement marginalisée dans la « grande accélération » de l’impact des activités humaines sur l’environnement, dont la redécouverte a vocation à interroger notre présent.

Continuer la lecture Partager